Ce site utilise des cookies techniques, analytiques et tiers..
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Préférences cookies

Ente Parco del Cilento, Vallo di Diano e Alburni à l’UNESCO pour présenter le projet de plan de gestion intégrée de la zone

2a414237-035d-4452-a709-0a91f4fe4014

Le 2 février 2024, une délégation de l’Ente Parco del Cilento, Vallo di Diano e Alburni, composée du président Coccorullo, du directeur Romano et du chef du bureau de l’UNESCO de l’autorité du parc, le Dr Aloia, a tenu une réunion de travail au siège de l’UNESCO à Paris. Stellino et des fonctionnaires de la Représentation permanente de l’Italie auprès de l’UNESCO ont présenté le projet de plan de gestion intégrée de la zone, qui bénéficie de quatre reconnaissances de l’UNESCO : réserve MAB (programme de l’UNESCO sur l’homme et la biosphère) depuis 1997, site du patrimoine mondial depuis 1998 (Paestum, Velia et Certosa di Padula), géoparc (Réseau mondial des géoparcs de l’UNESCO) depuis 2010 et élément du patrimoine immatériel depuis 2013 pour la diète méditerranéenne.

La délégation a rencontré plusieurs responsables de l’UNESCO : la directrice générale adjointe pour les sciences naturelles, Lidia Brito, le directeur général adjoint pour la culture, Ernesto Ottone, le directeur du Centre du patrimoine, Lazare Eloundou Assomo, les responsables du programme MAB, Antonio Abreu de Souza et Meriem Bouamrane, et du Réseau mondial des géoparcs, Kristof Vandenberghe.

La délégation de l’Ente, le Secrétariat de l’UNESCO et la Représentation ont souligné les avantages de la synergie entre la communauté locale, l’environnement et la culture dans la gestion des sites, en particulier des sites multi-désignés, et le Secrétariat s’est engagé à envoyer des commentaires sur le projet de plan intégré présenté par l’Ente. Le régime méditerranéen a fait l’objet d’une présentation spécifique préparée par le professeur Colao, titulaire de la chaire UNESCO sur le régime méditerranéen, suivie d’une dégustation de produits typiques du Cilento.

À la fin de la réunion, il a été convenu que le plan de gestion intégrée, dans sa version finale, pourrait être présenté ultérieurement comme une « meilleure pratique », afin d’inspirer d’autres réalités qui, dans les zones couvertes par les quatre désignations, ont besoin d’assistance, en particulier en Afrique, où le nombre de géoparcs et de réserves de biosphère est faible.