Questo sito usa cookie per fornirti un'esperienza migliore. Proseguendo la navigazione accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra OK

INTERVENTO DI S.E. L’AMBASCIATORE MAURIZIO ENRICO SERRA RAPPRESENTANTE PERMANENTE DELL’ITALIA ALLA 190ma SESSIONE DEL CONSIGLIO ESECUTIVO DELL’UNESCO

Data:

09/10/2012


INTERVENTO DI S.E. L’AMBASCIATORE MAURIZIO ENRICO SERRA RAPPRESENTANTE PERMANENTE DELL’ITALIA ALLA 190ma SESSIONE DEL CONSIGLIO ESECUTIVO DELL’UNESCO

Madame la Présidente du Conseil Exécutif,
Madame la Présidente de la Conférence générale,
Madame la Directrice générale,
Chers Collègues et Membres du Conseil Exécutif,

l’Italie souscrit pleinement au discours prononcé par Monsieur le Délégué permanent du Danemark au nom de l’Union Européenne et de ses Etats membres et membres associés.

La crise économique internationale – persistante depuis plusieurs années – ne met aucun Gouvernement à l’abri de mesures d’austérité. Malgré les dispositions rigides de «spending review» auxquelles l’Italie est actuellement soumise, nous sommes heureux de confirmer notre plein appui à l’UNESCO et de pouvoir maintenir notre position de sixième contributeur au budget ordinaire et de premier donateur extrabudgétaire.

Les propositions préliminaires avancées par la Directrice Générale concernant le projet de stratégie à moyen terme (37 C4) et le projet de programme et budget (37 C5) – ancré sur une Croissance Nominale Zéro - vont dans la bonne direction. La réduction du nombre d’objectifs primordiaux et d’objectifs stratégiques répondant aux soucis exprimés par le Conseil devrait permettre de mieux cibler les activités et de renforcer l’intersectorialité. L’Italie salue l’introduction systématique des clauses de sortie après une période de quatre ans. Les efforts de rationalisation et de réduction des coûts au sein du Secrétariat sont également positifs et nous encourageons l’UNESCO à les poursuivre.

Au cours de ce Conseil nous sommes également appelés à  examiner la proposition de Budgétisation axée sur les résultats ; cela implique une nouvelle culture - qui est la bonne - concentrée sur les résultats à atteindre, et restons dans l’attente de connaitre ses modalités concrètes de fonctionnement. L’Italie souhaite que l’UNESCO puisse garder un avantage comparatif au sein de l’agenda international en renforçant son action par des interventions ciblées.

Dans le domaine de la culture, la  lutte contre le trafic illicite des œuvres d’art représente une des grandes priorités de l’UNESCO et la récente décision des parties à la Convention de 1970 de se doter de nouveaux mécanismes institutionnels contribuera nettement à renforcer la gouvernance de cet instrument pionnier. Vu la faiblesse des ressources allouée à la Convention de 1970, l’Italie est favorable à la proposition d’avoir recours au Fonds d’urgence pour financer la prochaine réunion extraordinaire des Etats partie qui devrait se tenir au cours du premier semestre 2013. Cette solution serait cohérente avec celle qui avait été prise aussi par la dernière Assemblée Générale des Etats partie à la Convention de 2003 (pour la protection du patrimoine immatériel) pour soutenir les réunions statutaires.


Dear Colleagues,

Finally, let me share with you some success stories, where our Organization has been able to show its added value for projects on the field. In Libya UNESCO, with the support of Italian Cooperation, launched an ambitious program, whose main objective is to strengthen the technical and institutional capacities of the Libyan Department of Antiquities for the enhancement and protection of the cultural heritage in the country. In Myanmar UNESCO has just started a capacity building project regarding the Ancient Pyu Cities the first of this kind in the country. Lastly in Afghanistan UNESCO has been working and will continue to work on the restoration of some outstanding monuments, as the Minaret of Jam, the complex of Minarets in Herat and the Museum of Ghazni. UNESCO can indeed make a difference, within its mandate, even in post conflict countries. We would like to see more of these examples in the future, that link efficiency with visibility and do not request huge financial investments.

Thank you, Madame Chair


105